lundi 21 décembre 2015

Mercedes Benz 450 SL - Safary rallye


 


Heller - Réf. 171 

Si vous ne l’avez pas encore fait, je vous invite à lire l’article introductif sur ma passion des maquettes de voiture Heller au 1/43ième.
Par ailleurs, je cherche toujours à acheter des anciennes références Heller (boîtes de maquette au 1/43ième) afin de compléter ma collection. Me contacter pour les détails. Merci d’avance :o) :o) :o)

Je l’ai finie en 1990. Elle est la dernière des voitures que j’ai montées durant cette période.
Ma documentation à l’époque se résumait aux deux livres sur les rallyes EPA, et la revue Echappement.
Du coup, les intérieurs (moteur, habitacle) ne sont pas des plus exacts. Et côté matériau, j’avais peu de chose : du carton, et les tiges plastique des grappes de maquettes.
La boîte Heller fournit un moteur, bonne base à détailler. Le capot est amovible, une invitation à le mettre en position ouverte. J’ai mis la barre de support (en fil de plastique étiré), mais je n’ai pas fait le système d’ouverture, ni détaillé la face interne du capot. Pas top. Par contre, j’ai habillé tout le compartiment moteur avec du carton (séparation avec l’habitacle, les passages de roues, la tôle qui encadre l’ouverture).
Côté moteur, j’ai ajouté des tubulures (raccords du radiateur), le ventilo (en carton), et quelques fils.
Pour donner à voir dans l’habitacle, j’ai ouvert une portière. C’est la magie du plastique, cette possibilité de gratter, découper, déformer la maquette… A la pointe sèche (une aiguille par exemple), j’ai désolidarisé la portière de sa carrosserie, afin de la repositionner ouverte. Du coup, j’ai épaissi l’intérieur de la porte, j’ai ajouté un porte-document, le système de serrure sur la tranche (tout ça en carton). En faisant le découpage, j’ai cassé le pourtour de la fenêtre (que j’ai refait en plastique étiré), et j'ai fissuré la vitre arrière (que je n'ai pas retouchée).
J’ai aussi habillé l’habitacle : les harnais de sécurité (en papier/carton), les arceaux de sécurité notamment (je ne me souviens plus de tous les détails).
Extérieurement, les ajouts sont les bavettes, l’antenne, le pare-buffle avant, les phares supplémentaires. Cette couleur argent et noir mat a de la gueule (les photos couleur à l’époque m’avaient marquées). D’ailleurs, vous remarquerez que pas mal de voitures de rallyes africains (Safari, Bandama…) de cette époque avaient un capot noir mat : cela servait d’antireflets du soleil.
Tout était peint à la peinture Humbrol. Je ne me souviens pas du tout de la provenance de la planche de décalcomanie (peut-être de la boîte Meri-Kit). Les salissures, la poussière ont été simulé avec de la poudre d’ocre diluée dans de l’eau et une pointe de colle blanche. Sur les photos, on voit bien que les décalcomanies ont mal vieilli, je ne passais pas de couches de vernis à l'époque.







La mise en scène
La voiture est arrêtée à proximité d’un village. Une femme observe, curieuse.
La base de la hutte est une boîte de fromage blanc en plastique. La terre est un mélange d’eau, de colle à bois et de terre colorée (je tamisais la terre pour ne récupérer que la poussière). J’ajoutais ensuite des petits grains, pour donner un peu plus de texture au mélange.
La base du toit est un cône en papier. Couche de peinture noire, puis j’ai collé des brins de fillasse de plombier.
La termitière, les volumes du sol sont fait en pâte à sel (je suis d’ailleurs épaté qu’elle n’ait pas bougé). La couleur est donnée avec des brossages de terre d’ocre de différentes couleurs (des ocres que j’avais récupérés à Roussillon).
La figurine est de marque inconnue, habillée de papier, et peinte à la Humbrol.

 



 




Selon mon habitude de l’époque, ma saynète est très grande. Trop !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire