samedi 16 juin 2018

Ferrari F189 - McLaren MP4/4, pilotées par Alain Prost

Ferrari F189 - McLaren MP4/4/ 1993 / 1/20ième Tamiya



Rapidement, un mot sur deux montages simple (mais comme j’ai reçu des photos récentes de ces maquettes, je partage !), "from the box" comme disait Shakespeare.

Après moultes recherches sur le net, ce serait deux maquettes Tamiya… Au vu des boîtes disponible sur leur catalogue, comparées aux photos des maquettes, je pense que j’ai bien les Ferrari F189 (début de saison) et McLaren MP4/4 de représentées. Mais rien n’est moins sûr ! Je n’ai que peu de souvenirs de ces maquettes, excepté que ce sont deux F1 pilotées par Alain Prost que je voulais réaliser !

Les maquettes ont été montées au moment de leurs sorties en magasin (il y a donc un temps certain !).
J’avais suivi les notices de montage, pas de détaillage. Mise en place des décalcomanies conforme aux recommandations de Tamiya, sans recherche de documentation particulière. Pour la peinture, je sais que j’avais un rouge en bombe Tamiya pour la Ferrari.

La seule entorse faite, c’est que les F1 de Prost n’ont pas les bons numéros !!! La personne à qui étaient destinées ces 2 maquettes, grand fan d’Alain Prost, voulait qu’apparaisse le n°1 de Champion du Monde sur les deux voitures.
Tiens, il manque un rétroviseur sur la McLaren...

Mais je reste un peu dans l’expectative, quand je compare les années où A. Prost a été champion du monde (ce qui donne, à ma connaissance, quelles années il a réellement porté le n°1), les marques pour lesquelles il a couru et les années correspondant aux modèles des F1 suscitées...

Champion du monde : 1985, 1986, 1989, 1993 (il met fin à sa carrière de pilote sur son dernier titre)

Marque par année (en gras, l’année où il porte le n°1, * l’année où il devient champion du monde) :
Williams 1993*
Ferrari 1991 1990
McLaren 1989* 1988 1987 1986* 1985* 1984 1980
Renault 1983 1982 1981

Modèle par année
Ferrari 640 (ou F189) : en 1989 => existe dans la gamme Tamiya, mais A. Prost conduit une McLaren cette année-là.
Ferrari 641 : en 1990
McMalen MP4/4 : en 1988 => existe dans la gamme Tamiya, mais A. Prost n’avait pas le n°1 cette année-là.

Cela voudrait dire que j’avais vraiment fait n’importe quoi :oD, que la Ferrari que j’ai faite n’est pas une maquette Tamiya, ou que je ne sais pas lire les documents… j’en perd mon latin !

Edit: sur le Forum Auto, j'ai eu confirmation de ma licence artistique de l'époque:
" Effectivement, il y a du gros mélange.
Prost n'a jamais conduit la Ferrari 640 que tu montres : celle-ci est celle du début de saison 1989, sans prise d'air dynamique au-dessus du moteur.
Prost n'avait rejoint la Scuderia qu'en 1990, pour y piloter la 641 puis la 641/2 (celle que je fais au 1/12). La 641 du début de saison 1990 (GP de Phoenix et d'Interlagos, avec le n° 1 puisque Prost était champion en titre) ressemble beaucoup à la 640, extérieurement tout au moins (la coque est légèrement différente avec un réservoir plus haut). Mais il aurait fallu prendre l'autre référence "late version", avec la fameuse prise d'air.

Quant à la McLaren, c'est celle de 1988 durant laquelle Prost portait le n° 11.

Il a porté le n° 1 à trois reprises :
- 1986 avec la McLaren MP4/2C
- 1987 avec la McLaren MP4/3
- 1990 avec les Ferrari 641 et 641/2
"
La Ferrari


La McLaren


Sur le pilote de la Ferrari, j’avais refait une visière de casque (feuille plastique alimentaire transparent) et le harnais de sécurité (là, je ne sais plus comment). Je ne pourrai pas m’avancer sur le choix juste ou faux des couleurs de la tenue d’A. Prost… je ne m’en souviens pas du tout !


Petite remarque: le nom du pilote, même si peu visible, apparait bien sur les deux voiture. Sur la McLaren, il est sur l'arceau au-dessus du logo Boss ; sur la Ferrari, il est dans le triangle rouge du logo Marlboro (en référence au fait que le cigarettier prenait en charge le salaire des pilotes).

lundi 11 juin 2018

Porsche 956, 24h du Mans, 1983

Porsche 956, Le Mans 1983/ 1988 / 1/24ième Tamiya



La dernière maquette des temps jadis, que j'ai retrouvée et dépoussiérée pour le moment, est cette Porsche 956 - équipage n°3 Holbert – Haywood – Schuppan, vainqueur de l’édition 1983 des 24h du Mans. C'est une décoration proposée dans la boîte.

Pour l’anecdote, Schuppan ne devait pas faire partie de cette équipe. L’écurie officielle Porsche avait prévu 4 Porsche 956 cette année-là. Mais tellement confiante après les essais, elle retira avant le départ de la course la 4ième voiture, pilotée par Barth … et Schuppan. Barth rejoignit la n°2 qui abandonna par la suite, tandis que Schuppan retrouva le volant de la n°3. Pour être complet, la N°1 était pilotée par le duo Ickx – Bell qui termina second, à 38 secondes des vainqueurs.

Rien de spécial à dire sur cette deuxième et dernière maquette de ma collection « Porsche au Mans ». C’est du très bon Tamiya ; l’illustration de la boîte, avec sa vue en « transparence », est une invitation au détaillage du compartiment moteur.


Côté décoration, j’ai suivi la notice, sans chercher à personnaliser la maquette. J’aurais pu faire un effort, au vu des photos du bouquin que j’ai dans la bibliothèque.
Pose des décalques « à l’eau tiède », pas de vernis, je suis assez étonné de voir qu’elles tiennent toujours !
Le blanc et le bleu sont des peintures Humbrol passées au pinceau.


Pour cette maquette aussi, j’ai utilisé les peintures à vitrail rouge et orange pour les feux arrière.


Pour l’antenne de toit, j’ai de nouveau sollicité le « classique » plastique étiré.


La partie moteur fut donc l’occasion de faire du câble de tous diamètres ! J’avais à disposition du plastique étiré, du fil de cuivre (extrait d’une bobine électrique), du fil électrique gainé (avec/sans la gaine, cela permettait de faire des diamètres différents afin de figurer les connecteurs etc.).


Je vous invite à lire l’historique de la voiture sur la page de "Fmid"  Notre causerie d'aujourd'hui va parler d'une [...] qui a réalisé la version aux couleurs de Newman de cette maquette…


Je ne pense pas que ma collection au 1/24ième « Porsche au Mans » va beaucoup s'agrandir ces prochaines années.
A la maison, j'ai la boîte Heller de la Porsche 917K (aux "couleurs" blanches de Martini).
J'avais prévu aussi la Porsche 924 Groupe 4 de Monogram (mais j'ai donné la boîte, depuis...).

On verra...

lundi 4 juin 2018

Ford Escort Zakspeed, Gr2

Ford Escort Zakspeed Gr2 / 1988 / 1/24ième Esci



Ah l’attrait irrésistible de cette série Esci « Course », avec le drapeau à damier sur le couvercle de boîte ! Quand je vois le prix actuel de ces maquettes (BMW M1, Mercedes 450 SLC Safari, Fiat 131 Abarth…), j’hallucine !



Sur cette Escort, rien de particulier, si ce n’est l’élargissement des trains avant et arrière ! Les ailes élargies rendent la voiture impressionnante, je la voulais encore plus « bestiale ».
Je profite d’une roue décollée pour vous montrer la « rondelle » plastique que j’avais glissée pour obtenir cette nouvelle extension.

A part ça, dans mes souvenirs, la carrosserie est toute fermée, on ne voit plus grand-chose de l’intérieur. Mais après quelques recherches sur le net, je m'aperçois que le capot moteur est une pièce rapportée, et qu'il y a un moteur dans la boite. J'avais donc tout fermé !


Quant à la décoration, je m’étais appliqué à suivre scrupuleusement la notice.
Peinture noire satinée passée au pinceau (peinture Humbrol ou enamel).
Il manque quelques pièces (comme le rétroviseur droit), impossible de remettre la main dessus pour recoller tout ça.


Peinture des feux arrières avec la peinture à maquette opaque... je n'ai pas encore de pots de peinture transparente! On voit bien sur cette photo la monte très large, très très large

Les décalcomanies ont souffert, je n'avais pas vernis.
Pour la pose des décalques, j'utilisais uniquement de l'eau tiède... pas de produits spéciaux !


jeudi 31 mai 2018

Porsche 935, Le Mans 1977

Porsche 935, Le Mans 1977 / 1987 / 1/24ième Esci



Dans mes souvenirs, c’était une maquette Monogram, mais impossible de retrouver une 935 dans leur catalogue… Je penche plutôt pour la maquette Esci au 1/24ième, dont la version Porsche 935 « Baby » correspond bien à ce que j’ai.
Mais si vous avez d’autres idées, je suis preneur !



La maquette est assez succincte, avec un emplacement réservé pour un moteur électrique qui occupe tout le bas de l’habitacle : le pilote est coupé au niveau du tronc, l’habitacle n’est pas en creux. C'est amusant de voir aussi combien l'illustration de la boîte est vide côté habitacle !

Mais elle fut une première à plusieurs titres :
  • Elle débute ma collection des Porsche aux 24h du Mans au 1/24ième (2 modèles à ce jour… fin de la collection ? :oD)
  • J’achète le livre de Dominique Pascal édité par EPA « Porsche au Mans – Toutes les Porsche depuis 1951 »… jusqu’à 1983 !
  • Je fais mes premières tentatives de salissures sur du 1/24ième. Je ne me souviens plus exactement ce que j’ai utilisé, mais ce n’était pas de la peinture. Très certainement de la brou de noix.


Dans le livre sur les Porsche, j’ai un coup de bol, la 935 apparait sur deux photos différentes, dont une en couleur ! A l’époque, trouver de la doc’ n’était pas chose aisée…
Par contre, ce qui m’interroge aujourd’hui, c’est la déco. Sur la boite Esci, c’est une n°1 (quelle course, quelle année ?), j’ai réalisé la n°41 des 24 heures du Mans de 1977. Je n’ai aucun souvenir d’avoir bidouillé la déco, mais au vu des photos… y a pas photo ! J’ai bricolé la déco !
J'ai repeint le bleu Rothmans sur la bande du capot avant, et j'ai découpé les n°:


Côté détails, j’avais rentabilisé au maximum ma doc : la photo couleur de face, donne pas mal d’indication :
  • Les caches protecteurs des phares avant sont en papier calque, avec de fines bandes de scotch d’électricien blanc.
  • La couleur rouge-orange flashy un peu passée du bas de carénage avant

  • J’ai figuré avec un calque repeint à la bonne couleur, la sorte de pare-soleil côté conducteur
  • J’ai ajouté le point rouge, bien visible aussi (une sorte d’identification ?)

La photo intérieure en N&B , prise de profil, permet de détailler:
  • L’antenne (notamment son support) sur le toit, que j’ai réalisée en plastique étiré.
  • Le marquage d’identification du groupe (Gr5). D’ailleurs, j’ai dû avoir une autre photo (revue Echappement ?) pour avoir les couleurs…
  • Le numéro de course sur la portière : un 41 en noir, simple.

  • La peinture en noir de l’angle arrondi qui marque la ligne de fuite du toit (je suis clair ?). D’ailleurs, je ne sais pas si c’est juste de la peinture, ou bien une vraie ouverture pour ventiler le moteur.

Les feux arrières ont été peint avec des peintures à vitrail, qui étaient des peintures translucides et colorées ( il y en avait tout une gamme !). J’ai encore les pots de l’époque, dont les bouchons partent en biberine… J’adore la vue arrière, tout en noir.

J’avais perdu la grille du capot arrière. Je l’avais refaite avec une plaque de plastique recouverte de tulle de mariage (maille très très fine). L’ensemble avait été peint en noir mat, puis brossé avec de la Humbrol argent. (comme la grille de la calandre avant).

Vous pouvez voir sur les photos que les pneus avant sont tout craquelés, alors qu’à l’arrière, ça n’a pas bougé. Et recherche de mouvement, les roues avant sont braquées !

Je m'étais bien amusé sur cette maquette, mais malheureusement c'est une vue « artistique » de cette Porsche. Les voitures qui finissent les 24h du Mans sont souvent dans un triste état, assez sales ; j’ai voulu reproduire ici ce « vécu », une voiture à l’arrivée. Las, je n’ai pas choisi le bon modèle ! En 1977, l’équipage n°41 (Stommelen – Schurti) abandonne à la 4ième heure, sur casse moteur.

Il n'empêche, j'aime beaucoup cette maquette.